fbpx

L’impact de la Covid 19 sur l’immobilier

L'impact du Covid19 en immobilier

Sommaire

Nous étions obligés de vous parler de cette période du Covid 19 qui est quand même exceptionnelle, même dans l’immobilier. L’économie mondiale est à l’arrêt dans de nombreux secteurs. L’immobilier n’a pas dérogé à la règle. Cependant, les sous-catégories de l’immobilier sont plus ou moins touchés, c’est ce que nous allons approfondir dans cet article.

L’immobilier dans le secteur du tourisme et de la location saisonnière

Le secteur de l’immobilier a été frappé de plein fouet par l’épidémie du Covid 19. La totalité des bailleurs ont vu toutes leurs réservations s’annuler. Il y a eu un gros manque à gagner et la date de la reprise reste très floue. 

Nous pensons que la reprise internationale sera timide et ne reprendra que progressivement. Et ce, seulement quand le secteur de l’aéronautique reprendra en lien avec la réouverture des frontières.  

Nous ne sommes cependant pas à l’abri d’une seconde vague. Ainsi, nous serons sûrs de la stabilité de cette catégorie qu’une fois que le vaccin sera mis au point. 

Pour ce qui est de la demande locale et donc nationale, nous sommes relativement confiants. En effet, les premières réservations hivernales se font d’ores et déjà ainsi que celles pour l’été 2021.

Pour sauver l’année, nous conseillons vivement à nos investisseurs de partir sur un bail meublé ou précaire. Cela permettra d’activer une rentrée d’argent certaine et rapide le temps d’y voir plus clair. 

C’est l’un des gros atouts de l’habitation avec sa double sécurité (location longue durée ou courte durée) contrairement à l’hôtellerie par exemple. 

L’immobilier dans le secteur tertiaire (bureaux, commerce…)

C’est l’un des secteurs le moins épargné. Quand on sait que la trésorerie moyenne d’une petite entreprise en France est de 27 jours, cela fait froid dans le dos. Un bon nombre de locataires ont arrêté de payer leurs loyers et parfois même grâce à des décrets. Il y a malheureusement beaucoup d’entreprises qui vont mettre la clé sous la porte. La guerre des prix est déclarée entre bailleurs pour garder les locataires les plus solvables. 

Malheureusement pour les propriétaires, la reprise sera tout aussi difficile. Il faudra surement mettre en place un plan de reprise avec un loyer progressif et une récupération de l’ardoise indexée au chiffre d’affaires. 

L’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) rend son analyse globale de la situation. Ils estiment que « le risque que les actifs soient systématiquement pris en étau entre une remontée des taux d’intérêt provoquée par l’inquiétude des investisseurs sur l’augmentation de l’endettement des États et une baisse des revenus locatifs lié à la récession, paraît faible ». Ce centre d’études reconnaît néanmoins que « la problématique des revenus locatifs est quant à elle plus complexe. »

À la sortie du confinement, l’IEIF estime que l’immobilier tertiaire (type locaux commerciaux) pourraient suivre une évolution «en V» (chutes et remontées rapides). Le scénario «en L» (chute forte et maintient à un niveau plus faible qu’avant la crise) pourrait notamment concerner une partie du segment haut de gamme. On parle alors du résidentiel dans les grandes métropoles. Et plus inquiétant encore, un scénario « en W » pourrait concerner tous les secteurs immobiliers. Ce scénario apparaitrait en l’absence de réponse médicale à cette crise, ce qui se traduirait par une alternance de confinements.

L’immobilier dans le secteur du neuf (dit Pinel)

Les dispositifs Loi Pinel n’ont pas été épargné. En effet, ils se sont retrouvés à l’arrêt total et entame une reprise progressive malgré le manque de manœuvre pour faire avancer les chantiers.

Les ventes en VEFA vont accumuler du retard . Cela risque de faire capoter certaines transactions en cours voire une grosse majorité si les prix venaient à baisser.

L’immobilier dans l’ancien

L’immobilier dans l’ancien se portent très bien pour les locations car comme tout le monde le sait, l’habitation fait partie des besoins vitaux. Aujourd’hui, virus ou pas, tout le monde a besoin  de se loger. On ne constate pas de baisse de loyer pour le moment et peu d’impayés.

Dans la transaction, il est encore difficile de se prononcer car le nombre d’offres de biens se fait rare sur le marché. Cela s’explique en partie par le fait que personne n’est censé être autorisé à visiter des biens. Nous en saurons plus pendant le mois de reprise. Sachant que le marché était relativement tendu et qu’il y avait beaucoup d’acheteurs en face des opportunités à saisir. 

Cependant, les études notariales se sont mis au travail et commencent à faire avancer les signatures de compromis et d’acte notarié. Cela reste cependant un peu difficile pour eux de réunir l’ensemble des pièces qui sont nécessaires. Ce phénomène est dû au fait qu’ils sont fournis par les syndics ou les mairies.

Les banques quant à elles sont en train de rehausser leurs taux. Elles devraient être beaucoup plus exigeantes avec les primo-accédants. Néanmoins le volume de prêts accordés reste relativement important, ce qui est rassurant. Aujourd’hui, si vous êtes investisseurs avec la volonté de multiplier le nombre d’investissements il est vrai qu’il n’est pas très plaisant d’obtenir des taux d’intérêts revus à la hausse. Mais tant que l’on vous prête et que vous pouvez continuer à augmenter votre patrimoine : c’est le plus important.

Pour conclure,

Invisty vous souhaite la bonne santé à vous et à vos proches pendant ces mois difficiles causés par la Covid 19. Nous souhaitons appuyer le fait qu’il est important de sécuriser ses positions financières. Cela passe par la diversification de vos revenus et de votre épargne et donc, par des investissements. Aujourd’hui encore, l’immobilier dans l’habitation a prouvé sa stabilité. 

Malgré les différents scénarios envisagés, il ne faut pas oublier que pendant des crises économiques ou même sanitaires, c’est aussi le moment de saisir les bonnes opportunités. 

Il y aura moins d’acquéreurs (accès aux prêts plus difficiles aux primo-accédants) et que certaines personnes se verront obligées de céder des biens immobiliers qui sont très rentable et que nous ne retrouvions plus sur le marché. 

On ne peut que vous répéter le dictons “Cash is King“. Il faut avoir une sécurité financière, afin d’avoir de l’argent à faire fructifier. Anticipons les prochaines crises.

Nombreux d’entre vous l’on déjà compris et s’entretiennent avec nous régulièrement pour évaluer leurs options et passer à l’action dès maintenant.

Nous sommes à votre disposition pour pouvoir en parler et surtout vous aider à saisir les meilleures opportunités possibles dans les mois à venir. 

Nous vous disons à très bientôt de la part de toute l’équipe Invisty. 

Très sincèrement.

Les Co-fondateurs d’Invisty

Investir avec Invisty

Pour construire vos projets avec nous dans l’investissement locatif  autofinancé et autogéré, remplissez notre questionnaire gratuit en 2 minutes. Cela nous permettra de vous envoyer des conseils gratuits pour atteindre vos objectifs.

Partager

Découvrez plus d'articles

Cet article vous a plu ?

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle et restez informé sur l'actualité immobilière, 
mais découvrez aussi des astuces et de nouvelles opportunités !